[Dur] Carnage à l'orphelinat

Porteurs d'une proposition de votre ordre ou d'une invitation à un évènement, vous êtes les bienvenus dans nos salons.​
Répondre
Avatar du membre
Vlazen
Chevalier
Messages : 50
Enregistré le : jeu. 19 mars, 2015 11:12 pm

[Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Vlazen »

L’état du messager Hurleventin qui se présenta à la porte du Beffroi à la nuit tombée trahissait la hâte à laquelle il était venu. Avec un ton inquiet, pour ne pas dire hostile, il annonça à la garde qu’il apportait une missive destinée à l’Ambassadeur, de la part de la Garde de Hurlevent. Il accepta tout juste l’hospitalité pour la nuit et repartit le lendemain avant l’aube sans demander son reste.

La lettre parvint donc au petit matin à l’Ambassadeur, cachetée avec le sceau de la Garde de Hurlevent. Elle lui était directement adressée.
Monsieur l’Ambassadeur,

C’est avec regret que je me vois dans l’obligation de vous inviter à Hurlevent pour répondre à quelque questions suite au drame qui a récemment endeuillé l’Orphelinat du quartier de la Cathédrale de la Lumière dans la foulée des terribles évènements qui ont suivi le retour du Dieu des Abysses, maudit soit son nom.

Votre générosité à l’égard de l’établissement dirigé par les honorables John et Stéphanie Turner a fait de vous l’un des bienfaiteurs de notre bonne ville et a contribué à donner une excellente image de votre ordre aux yeux de la Couronne. C’est pour ces raisons que cette invitation n’est pas une convocation. Je suis persuadé qu’il s’agit là d’un malentendu et que vous nous aiderez à faire la lumière sur ce qui a pu conduire au massacre révoltant d’une partie des jeunes pensionnaires de l’établissement et de certains des employés.

Après enquête par l’Officier Brady, il se trouve que toutes les victimes sans exception dormaient avec de la literie fournie gracieusement par l’Ost Pourpre ces derniers mois. Nous ne sommes pas parvenus à comprendre les causes des décès et comment les relier à ces articles, mais nous ne souhaitons négliger aucune piste.

Je compte sur votre collaboration pleine et entière. Je ne souhaite pas faire remonter cet incident à la Garde Royale ou au SI-7, qui ont des problèmes autrement plus importants à régler.

En espérant vous accueillir bientôt à la caserne de Hurlevent, veuillez, Monsieur l’Ambassadeur, agréer l’expression de mes sentiments les plus distingués.

Capitaine Anton
RANDOM PU

Avatar du membre
Durandill
Ambassadeur
Messages : 128
Enregistré le : mer. 02 juil., 2008 10:33 am
Localisation : Le Nid-de-l'Aigle
Contact :

Re: [Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Durandill »

Durandill relut la lettre plusieurs fois. Le beffroi se remettait à peine de l'attaque des compagnons très utiles de Vlazen qu'une nouvelle agression prenait l'Ost en traître. Et cette fois, il en était la cause. C'était son idée d'offrir la prodigieuse production d'articles de literie de l'elfe aux plus nécessiteux de la capitale, afin de contrer les incessantes piques de la maison des nobles à l'écart de ces "nordistes pas si pressés de libérer le nord" comme certains aimaient à le répéter. Et ce qui avait été vécu au beffroi l'avait semblait-il aussi été à Hurlevent.

La lettre ne pouvait rester sans réponse. Feindre l'ignorance n'était pas une option, quelqu'un au beffroi finirait par parler de ce qu'avait subit l'Ost. Heureusement, les raisons profondes de cette attaque n'était partagée que par les membres de l'ordre. Cependant, quelle devait être la marche à suivre ? L'ambassadeur manquait de renseignement. Ses espions dans la capitale humaine recevraient bientôt leurs ordres : enquêter discrètement sur ce qui s'était passé. Leur rapport mensuel devait arriver sous peu, il était même probable qu'il mentionne ce fait avant même que leur nouvelle mission ne leur parvienne.

"Notre blason ne sera pas resté doré bien longtemps..." songea-t-il, amer.

Il devait toutefois confirmer avec Vlazen, ou plutôt Choupinélune, que les duvets et autres coussins fournis à l'orphelinat avaient bien pu être aussi infectés par les insectes. Tandis qu'il rédigeait une lettre de convocation pour l'alter ego lunaire du druide, il frissonnait en pensant à ce qu'avaient dû subir ces malheureux enfants.

Avatar du membre
Vlazen
Chevalier
Messages : 50
Enregistré le : jeu. 19 mars, 2015 11:12 pm

Re: [Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Vlazen »

L'Ambassadeur de l'Ost avait hérité d'un réseau de renseignement de tout premier ordre au cœur des territoires humains, et s'était efforcé de le faire encore grandir et fructifier depuis sa prise de fonction. Hurlevent elle-même était le paradis des espions, infiltrateurs, agents doubles, triples, assassins et autres vendeurs d'informations, qui s'y livraient un ballet quotidien particulièrement bien huilé, avec ses règles, ses codes, ses compromis et ses petits arrangements entre amis. De multiples organisations y opéraient, s'y affrontaient dans l'ombre ou au contraire y coopéraient temporairement quand leurs intérêts convergeaient. Des agents changeaient d'allégeance au fil des retournements politiques et des basculements de pouvoir, si bien que beaucoup se connaissaient - ou croyaient se connaître. Les agents de l'Ost évoluaient comme des poissons dans l'eau dans ce microcosme, évitant toutefois la plupart du temps de se mettre en travers du chemin des squales du SI-7. La réorganisation de l'acheminement de leurs rapports vers le Beffroi du Nord avait été l'une des tâches les plus ardues à laquelle s'était livré l'Ambassadeur depuis son installation, mais désormais elle fonctionnait plutôt bien.

Quelques jours après avoir reçu la l'invitation du Capitaine Anton, Durandill vit arriver sur son bureau le rapport mensuel des hommes et des femmes de son réseau - réassemblés et transcrits du langage codé avec lequel ils avaient transité en missives séparées. Le rapport était épais, c'était le moins que l'on puisse dire. Il relatait le chaos qui avait frappé la capitale de l'Alliance le jour où le Beffroi avait lui même failli être submergé par les forces de l'Ombre. Hurlevent avait subi le même genre de catastrophes... avec une forcé décuplée. Des créatures tentaculaires similaires à celle qui s'était fait passer pour la Connétable au Beffroi avait jailli de partout, ouvrant des portails vers des royaumes innommables depuis lesquels des abominations avaient tenté de prendre pied dans la fragile réalité d'Azeroth. Des gens sans histoire, ou même appréciés de tous, avaient trahi, tué et causé de terribles dégâts en déchaînant des pouvoirs cauchemardesques. Fort heureusement, les forces de sécurité Hurleventines avaient une fois de plus fait leur travail et détruit ou banni les envahisseurs et les traîtres. Durandill frissonna à la lecture des calamités qui s'étaient abattues sur la ville, y reconnaissant certaines de celles qui avaient touché l'Ost Pourpre. Toutes sauf une. Pas de traces d'horribles insectes grouillants dans les premières pages. Il lui fallut atteindre la fin de rapport pour y lire des informations troublantes sur le sujet qui occupait son esprit.

Effectivement, un horrible massacre avait eu lieu dans l'Orphelinat de la Cathédrale de la Lumière le jour de l'insurrection. L'agent qui en avait eu vent en espionnant la Garde de Hurlevent reportait que des enfants avaient effectivement été retrouvés atrocement mutilés et défigurés dans les dortoirs. Aucun Sans-Visage, agent du Vide ou autre suppôt de N'Zoth n'y avait été vu cependant, ce qui ne correspondait pas à leur manière conquérante des derniers jours du conflit avec le Dieu des Abysses. Les meurtres ne ressemblaient pas non plus à ceux qui avaient eu lieu dans le reste de la cité et les personnels de l'orphelinat pensaient que la vermine de la cité, probablement affolée, voire enragée par le pouvoir de N'Zoth, en était à l'origine, remontant en grouillant jusqu'aux dortoirs dans une frénésie boulimique et meurtrière. Dur ne put s'empêcher de penser aux nuées de corbeaux qui s'étaient jetés sur le Beffroi. L'agent n'enquêta pas plus que cela, mais rapportait néanmoins que quelques jours après les troubles, survint la mort de personnels de l'Orphelinat dans les sous-sols du bâtiment. Là encore déchiquetés, et cette fois même quasiment dévorés vivants. Et là encore, pas de trace d'assaillants.

C'est au moment où il finit de lire ces lignes qu'on tambourina énergiquement à sa porte. Une étrange voix aviaire pépia :

"Ambassadeur ? Woot, je ne comprends pas bien le signal lumineux à l'entrée... Ourps, j'espère ne pas l'avoir cassé, il est tout rouge... Je ne voudrais pas vous déranger, mais il doit y avoir une erreur, ourps, j'ai reçu une convocation de votre part et par la Lune je ne vois pas comment je pourrais aider le Corps Diplomatique..."

C'était forcément Choupinélune.
RANDOM PU

Avatar du membre
Durandill
Ambassadeur
Messages : 128
Enregistré le : mer. 02 juil., 2008 10:33 am
Localisation : Le Nid-de-l'Aigle
Contact :

Re: [Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Durandill »

Le signal passa au vert. Dur attendit quelques instant, puis se leva et alla ouvrir la porte, invitant Choupinélune à entrer.

Sur un coin du bureau trônait sa dernière invention, le système qui allait remplacer ce système de lumières que personne ne comprenait, comprenant des panneaux pivotant sur lesquels on pouvait noter un message. Le coté visible pour la chouettide indiquait "Allez au roi-liche !", et un imbroglio de câbles colorés en sortait. Visiblement, il y avait encore du boulot, mais il avait été mis de coté pour laisser de la place aux rapports reçus d'Hurlevent.

Dur fit signe d'approcher à l'alter-ego de Vlazen, lui indiquant un siège et lui tendit un billet qui disait "Que pouvez-vous me dire là dessus?", la lettre reçue d'Hurlevent, ainsi que la partie du rapport qui concernait l'orphelinat. Puis il s'installa à son bureau et patienta le temps de la lecture.

Avatar du membre
Vlazen
Chevalier
Messages : 50
Enregistré le : jeu. 19 mars, 2015 11:12 pm

Re: [Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Vlazen »

Fébrile, Choupinélune entra dans le bureau de l'officier qui l'avait convoquée. L'étrange appareil posé sur le coin du bureau attira forcément son attention, ce qui se manifesta par une inclinaison momentanée mais appuyée de sa tête emplumée qui l'a fit ressembler en tout point à une poule ayant trouvé un couteau. Elle ne commenta pas cependant, et Dur comprit rapidement pourquoi : les compétences en lecture de la Chouettide étaient pour ainsi dire minimales. Elle n'osa pas l'avouer mais il apparut rapidement qu'elle ne parvenait pas vraiment à déchiffrer les documents que l'Ambassadeur lui montrait. La Sélénienne arrivait à déchiffrer les lettres, mais difficilement à assembler les mots - Dur ne pouvait savoir que cette entité tirait toutes ses connaissances de la mémoire de Vlazen, mais qu'étant devenue sa geôlière elle ne pouvait pas y puiser trop profondément, de peur de se faire happer par les forces sombres qui empoisonnait son esprit.

La séance fut donc longue et fastidieuse, l'Ambassadeur étant plusieurs fois à deux doigts de faire renvoyer la créature du Beffroi, mais ils parvinrent quand même à ce que Choupinélune comprenne. La colère envahit de manière visible la Sélénienne, dont le plumage commença à se hérisser, et pendant une seconde Dur crut qu'un météore allait s'abattre dans le bureau en faisant exploser la fenêtre. Mais l'étrange entité emplumée se reprit, s'excusa, et se mit à tourner en rond en voletant frénétiquement dans le bureau, éparpillant encore un peu plus les documents qui trainaient.

"Par la Lune ! Par la Lune ! C'est atroce ! Vous en avez envoyés au delà du Beffroi ?"

Et la Chouettide se lança dans un récit étriqué et haché de ce qu'elle avait perçut des activités nocturnes de Vlazen lorsque l'Ost était encore basé au Bastion du Ruisseau de l'Ouest. Après que son compagnon de chambre Balduin se soit plaint de la quantité de plumes effarante que perdait la Sélénienne, Vlazen et lui avaient eu l'idée de les utiliser pour fabriquer de la literie. Choupinélune n'était par définition jamais là quand Vlazen confectionnait les coussins et les couettes qui eurent tant de succès auprès de la troupe, mais elle soupçonnait que Skyram, la minuscule abomination psychique Silithide, lui avait soufflé le concept, et avait peut-être même également manipulé Balduin, pour arriver à ses fins - qui n'étaient certainement pas d'améliorer la qualité du sommeil des membres de l'Ost Pourpre. Une nuit, lorsqu'elle prit la relève pour libérer Vlazen de ses cauchemars - ainsi que telle avait été sa raison d'être - elle surprit Skyram et l'un des soldats-ouvriers Silithudes à son service sortant d'un polochon inachevé de Balduin. Elle comprit beaucoup plus tard, lors de l'attaque du Beffroi par des hordes de Silithudes, que les créatures y avaient pondu des œufs, qui avaient éclos en secret et dont les progénitures étaient restées en dormance dans les coussins jusqu'à l'Appel qui les fit entrer en frénésie.

"Hélas, je crains que chaque coussin confectionné par Vlazen et Balduin n'ait été contaminé. Skyram, qu'Elune maudisse son nom, avait vraisemblablement décidé d'assurer ses arrières au Beffroi en piégeant les lits de tous ses membres. La plupart des gens de l'Ost Pourpre ne s'en sont pas rendus compte, mais durant mes longues nuits passées à épargner ses cauchemars à Vlazen, j'ai pu mesurer ô combien les Silithides pouvaient se multiplier facilement : pondre dans chaque coussin n'était pas un problème pour eux. J'ignore pourquoi Skyram en avait besoin d'un si grand nombre en revanche, mais cela devait avoir un lien avec ce qu'il forçait Vlazen à chercher en Tirisfal. Ne me regardez pas comme ça : non je n'ai prévenu personne à l'époque, tout simplement parce que je ne comprenais pas ce que je voyais ! J'étais si jeune, cela faisait partie de mon quotidien nocturne, cela me paraissait normal puisque je n'avais connu que cela et que cela n'inquiétait pas Vlazen..."

Devant le regard noir que lui lança Dur, elle comprit qu'il commençait sérieusement à perdre patience et elle se focalisa à nouveau sur leur affaire.

"Cela ne peut pas être une coïncidence. Il est quasi certain que des Silithides en dormance se trouvaient dans ces coussins distribués à Hurlevent. Lorsque cet "Appel" maléfique retentit, ils ont dû réagir comme ceux du Beffroi et attaquer frénétiquement tout ce qui passait à leur portée. Ces pauvres enfants. Ce qui me surprend en revanche, c'est pourquoi personne ne les a vus, dans une frénésie pareille ils auraient dû attaquer les témoins. Pourquoi se sont-ils... arrêtés.... pour ne reprendre que quelques jours plus tard ? Ambassadeur, ils ne sont pas très puissants, nous n'en avons fait qu'une bouchée au Beffroi. Mais ils sont une nuisance, et s'ils ont repris un peu de lucidité, ils sont toujours carnivores. Il risque d'y avoir d'autres morts à Hurlevent. On risque de nous blâmer."

Choupi baissa la tête, avant d'annoncer:

"S'il vous faut un bouc émissaire pour calmer la colère des autorités Hurleventines, livrez-moi. Je ne mérite pas mieux pour avoir été incapable de pressentir ce désastre."
RANDOM PU

Avatar du membre
Durandill
Ambassadeur
Messages : 128
Enregistré le : mer. 02 juil., 2008 10:33 am
Localisation : Le Nid-de-l'Aigle
Contact :

Re: [Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Durandill »

Dur écouta Choupinélune. C'était la seule chose dans leur communication qui fonctionnait. Dans l'autre sens, c'était une catastrophe. Le nain ne pouvait par parler, il ne lui restait que l'écriture pour s'exprimer, et la malheureuse chouettide était à la limite de l'illettrisme. Le mutisme du nain le frustrait de plus en plus ces derniers temps et en ce moment précis, cette frustration atteignait son paroxysme. Comment pouvait-il aller à Hurlevent défendre l'Ost dans ces conditions ?

Il prit une grande inspiration, ferma les yeux. Les techniques apprises au monastère de Tian pour se relaxer commençaient elles aussi à atteindre leur limite. Une fois de plus, il se fit la promesse de trouver une solution. Mais d'abord, il devait se rendre à Hurlevent.

Il attrapa son ardoise et écrivit à l'attention de la boule de plume qui voletait dans son bureau.

"Pas question de vous livrer. L'Ost n'abandonne pas les siens.

Avez-vous une facilité particulière pour traquer ou localiser ces créatures?"

Aider Hurlevent à se débarrasser des nuisibles était pour le nain une évidence.

Avatar du membre
Vlazen
Chevalier
Messages : 50
Enregistré le : jeu. 19 mars, 2015 11:12 pm

Re: [Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Vlazen »

Dans son affolement, Choupi mit un petit moment à apercevoir le message écrit par Dur, et encore un peu plus de temps à le déchiffrer, ce qui mobilisa toute sa concentration pendant quelques minutes. Quand elle comprit enfin ce que l'officier attendait d'elle, elle hulula avec enthousiasme :

"Oui ! Woot, je veux dire, absolument Ambassadeur. Ces créatures sont reliées à Vlazen par le pouvoir du Vide, qui les contrôle tous à divers degrés. Lorsque les micro-Silithides sont à proximité, Vlazen est à présent tellement corrompu qu'une connexion s'établit naturellement avec eux. Je fais tout mon possible nuit et jour pour empêcher ce genre de connexions d'advenir, c'est même ma raison d'être, et donc évidemment je ressens lorsque des vrilles du Vide se tendent pour entrer ou sortir de son âme, essayant de forcer le passage. Je ne peux expulser entièrement celles qui enserrent déjà l'âme de Vlazen, sinon je ne serais pas là. Mais au moins, je me pose en gardienne contre toutes les autres.
Bref, par l'intermédiaire de Vlazen, je sens indirectement des connexions quand je suis assez proche d'autres créatures du Vide, et plus particulièrement celles liées à ce qui a corrompu Vlazen, c'est une certitude. Concrètement, s'il y en a dans un bâtiment, je pense pouvoir les détecter."


Réalisant ce que cela impliquait, la Sélénienne ajouta, gonflant les plumes :

"Vous souhaitez que j'aille dans cette grande ville pour faire un grand nettoyage ? Il faudra me dire où c'est et comment on y entre, mais je me porte volontaire !"
RANDOM PU

Avatar du membre
Durandill
Ambassadeur
Messages : 128
Enregistré le : mer. 02 juil., 2008 10:33 am
Localisation : Le Nid-de-l'Aigle
Contact :

Re: [Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Durandill »

Dur patienta le temps du déchiffrage. Il avait pourtant écrit de manière concise et claire. Des cours de lecture pour Choupinélune seraient à envisager, même indépendamment de la communication entre les deux personnes présentes dans le bureau de l'Ambassadeur.

Il hocha la tête quand la chouettide se porta volontaire. Cependant, il n'était pas question de l'envoyer là bas seule. En temps normal, Dur se serait rendu à Hurlevent avec elle. Mais son mutisme allait forcément poser problème, et laisser Choupinélune s'occuper des discussion ne pouvait pas être envisagé.

Il attrapa un parchemin et écrivit : "D'accord. Je vous tiendrai au courant pour notre départ." Il allait la congédier quand une idée lui vint. Ou plutôt, une question, qu'il ajouta sur le feuillet : "Ces créatures... peuvent-elles se reproduire?" Si c'était le cas, libres dans les égouts de Hurlevent et non pas en sommeil dans des articles de literie... Leur nombres pouvait avoir explosé. Cette pensée fit frémir le nain.

Avatar du membre
Vlazen
Chevalier
Messages : 50
Enregistré le : jeu. 19 mars, 2015 11:12 pm

Re: [Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Vlazen »

"D'accord. Je vous tiendrai au courant pour notre départ."

Cette fois Choupinélune mit moins de temps à déchiffrer le message. La pratique, il allait lui falloir pratiquer le langage écrit des habitants d'Azeroth si elle devait encore continuer longtemps à être la gardienne de Vlazen. Plutôt bouchée d'ordinaire, elle releva malgré tout l'importance du mot "notre" dans la phrase, et pépia de manière satisfaite, voire enthousiaste, à l'idée d'aller chasser en groupe ses vieux ennemis.

Puis vint une question plus complexe, avec un mot qu'elle eût du mal à déchiffrer. Avant que Dur ne s'emporte, elle finit par dire :

"Se reproduire dites-vous ? Mais Ambassadeur, d'après les connaissances auxquelles je peux accéder dans le cerveau de Vlazen, sous réserve qu'elles n'ont pas été altérées par les forces qui ont pris le contrôle de son esprit, ce sont des Silithides - des insectes coloniaux. Les Druides de Kalimdor savent avec certitude que ces créatures sont faites pour se reproduire. Par dizaines... par centaines... heu non, ce n'est pas encore assez, quel est le mot au dessus déjà ? Ah oui, par "milliers". Je n'ai pas pu prévenir les gens de l'Ost à l'époque, parce que je n'avais pas encore ma pleine autonomie... ou parce que je ne comprenais rien à rien, mais les Silithudes qui accompagnaient Vlazen se sont mis à proliférer dans les murs de la Tour de Garde de notre ancien Bastion près de la ville où nous devons nous rendre, ainsi que dans les bois alentours. Les derniers mois, elles grouillaient littéralement la nuit, je pouvais les voir quand je déambulais dans les couloirs. Elles semblaient inoffensives à l'époque - encore que je ne sois pas sûre du destin d'un garde qui a disparu une nuit alors qu'il s'était aventuré dans le coin du bosquet où elles étaient les plus nombreuses. Je pense d'ailleurs que nous avons dû en laisser beaucoup là-bas quand nous sommes partis."

Voyant le regard horrifié de Dur, la Chouettide se recentra sur la question, sur un ton se voulant rassurant.

"Mais les Silithides, d'après ce que je déchiffre, sont avant tout des servants. Ils ont besoin d'un maître pour régir tous les aspects de leur vie. Y compris leur reproduction. Je ne prétends pas comprendre comment ça marche, mais il semblerait que les créatures qui peuvent les contrôler soient capables de sécréter des... odeurs ? Je n'ai pas d'autres mots, qui sont pour eux comme un signal pour se reproduire. Ce qui veut dire que certains individus peuvent devenir d'un coup des pondeuses, et mettre au monde des milliers de larves qui deviendront de nouveaux Silithides, sous réserve qu'elles aient de quoi se nourrir."

Choupi asséna alors avec un optimisme confinant à l'insouciance :

"Ca veut dire qu'il ne faut pas trop s'inquiéter, Ambassadeur ! Il est peu probable qu'ils aient reçu l'ordre de se reproduire, et même s'ils le faisaient, il n'y a rien à manger dans les bas-fonds de Hurlevent, je me trompe ?"

Elle regarda l'ambassadeur en penchant la tête telle une poule ayant trouvé un couteau :

"Woot ?"
RANDOM PU

Avatar du membre
Durandill
Ambassadeur
Messages : 128
Enregistré le : mer. 02 juil., 2008 10:33 am
Localisation : Le Nid-de-l'Aigle
Contact :

Re: [Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Durandill »

Rien à manger dans les bas-fonds de Hurlevent... Tout dépendait de ce que mangeaient les silithides... Le nain haussa les épaules. Cette histoire se compliquait, et il hésitait sur la marche à suivre.

Devait-il envoyer Lutgardis et Choupinélune en mission ? Il fallait toute la subtilité du corps diplomatique pour désamorcer la situation. Durandill pourrait jouer, comme il l'avait fait de nombreuses fois, sur son handicap, même si devoir converser par écrit lui devenait insupportable, mais il restait le problème des silithides : les insectoïdes devaient être éliminés, et l'absence de communication en situation de recherche et destruction, comme l'appelait Kothran, risquait de leur être fatal.

Evidemment, une fois Hurlevent informée de la menace, elle pourrait fournir les troupes nécessaires au nettoyage, avec Vlazen en guise de détecteur de silithide... Et il y avait le risque que la chouettide soit trop bavarde. Si Dur ne pouvait pas l'interrompre pour la rappeler à l'ordre, l'Ost courrait à la catastrophe.

Il gribouilla rapidement un mot pour Choupi avant qu'elle ne quitte le bureau : "Ramenez moi Augustus von Lutgardis".

Répondre